Peinture : qu’est-ce que le street art ?

Considéré par certains comme une nuisance, pour d’autres, le street art est un outil pour communiquer des opinions, exprimer des préoccupations politiques. Ainsi, pour en savoir plus, cet article va vous guider

Définition : le street art

Il n’existe pas encore de définition simple du street art. C’est une expression englobant l’art qui se trouve ou s’inspire de l’environnement urbain. Avec des nuances anticapitalistes et contestataires , c’est une forme démocratique d’art public populaire probablement mieux comprise en la voyant. Il n’est pas limité à la galerie ni facilement collecté ou possédé par ceux qui peuvent transformer l’art en trophée. Les graffiteurs vivaient avec l’intention de reproduire leur typographie ou leur expression symbolique différente encore et encore. Dans le monde où la communauté numérique mondiale d’aujourd’hui n’était même pas concevable, les artistes devaient se battre pour que leur travail soit reconnu. 

De ce fait, sa définition s’évolue ce qui est un outil de délimitation territoriale de la jeunesse urbaine, il est même aperçu dans certains cas comme un moyen d’embellissement.

Les formes de street art

De nos jours, il existe plusieurs types de street art. Pour le cas d’un art traditionnel, c’est une peinture sur les surfaces de propriétés publiques ou privées visibles par le public, généralement avec une bombe de peinture en aérosol ou de la peinture à bille. Il peut être composé de mots simples généralement le nom de l’écrivain ou être plus artistique et élaboré, couvrant une surface avec une image murale. Ensuite, l’autocollant qui utilise la propagation d’une image ou un message dans les espaces publics à l’aide d’autocollants qui sont faits maison. Ces derniers font généralement la promotion d’un agenda politique, commentent une politique ou un problème, ou constituent une campagne artistique d’avant-garde. L’art autocollant est considéré comme une sous-catégorie de l’art postmoderne

Est-ce illégal de pratiquer le street art ?

La distinction légale entre les graffitis permanents et l’art est la permission, mais le sujet devient encore plus complexe en ce qui concerne les formes de graffitis éphémères et non destructrices. Avec la permission, les graffitis peints traditionnels sont considérés comme de l’art public. Sans autorisation, les peintres de biens publics et privés commettent des actes de vandalisme et sont, par définition, des criminels. Cependant, il reste que la plupart des arts de la rue ne sont pas autorisés, et de nombreux artistes qui ont peint sans autorisation ont été célébrés comme des artistes légitimes et socialement conscients.

Le « monochrome bleu » d’Yves Klein
Art africain contemporain : histoire et exemples