Quelles sont les principes du surréalisme ?

Incarné par des peintres surréalistes comme Salvador Dali, René Magritte ou encore Max Ernst, entre autres, le surréalisme est un mouvement artistique, poétique et surtout anti littéraire du début du siècle dernier. Il marque à jamais la manière de penser, d’imaginer et de produire l’art. Son avènement a permis effectivement la libéralisation des méthodes classiques de création et a permis à différentes formes artistiques d’émerger. Quels sont les tenants et aboutissants de ce mouvement artistique, pas toujours compris, qui s’est développé avec comme principal principe d’aller à l’encontre des conventions ? Voici quelques éléments de réponse.

Comment est né le mouvement surréaliste ?

Apparu dans les années 1920 à Paris, le surréalisme dérive du courant dadaïste qui prône, notamment, la liberté absolue dans toutes les formes de création artistique. Le mouvement surréaliste s’est tout d’abord exprimé à travers la littérature avec des écrivains célèbres tels André Breton ou encore Aragon entre autres. Le mouvement s’est ensuite étendu à d’autres formes d’art comme la photographie et la peinture. Le surréalisme peinture définition est une manière de peindre en étant totalement délesté de toute obligation envers les conventions ainsi que la logique. Les peintres surréalistes se reposent sur l’absurde, l’irrationnel, la démesure et la disproportion pour produire leurs œuvres. La fantaisie est exacerbée dans les tableaux, tels des fruits d’hallucination, mais cette forme d’absurdité est voulue, recherchée, par les peintres surréalistes qui souhaitent représenter l’inexprimable en explorant leur inconscient ainsi que leurs rêves. Il en est ainsi de la peinture fantastique de Salvador Dali, le porte-drapeau et figure emblématique de la peinture surréaliste.

Quelles sont les idées qui animent la peinture surréaliste ?

Le mouvement surréaliste est né de la volonté de se désolidariser de toute idée conventionnelle, de rationalité ainsi que de contraintes qui régissent la société. Les surréalistes perçoivent les morales et le classicisme étroit comme des freins à la créativité. Le surréalisme est donc une révolution artistique, mais aussi politique, car il remet en cause les fondements même de la société. Malgré le fait que le surréalisme soit perçu comme étant un art élitiste, il a permis l’émergence de courants artistiques populaires comme le pop surréalisme. Le principal théoricien du surréalisme, André Breton, s’est largement inspiré de Sigmund Freud en rédigeant le Manifeste du surréalisme. L’art y est défini comme l’expression de l’inconscient, et ce dernier est considéré comme étant le pilier principal du mouvement. Le surréalisme met alors en avant l’étrangeté et tout ce qui va au-delà du réel. Tels les tableaux du maître Salvador Dali, représentant des formes fantasmagoriques et bizarres. Typiques de la peinture fantastique, les oeuvres surréalistes sont des assemblages d’allégories et d’images bizarres destinées à choquer ceux qui les contemplent     

Quelles sont les techniques de peinture qui distinguent le mouvement surréaliste ?

Les peintres surréalistes français tels Jean Arp ou encore Yves Tanguy et bien d’autres peintres de nationalités diverses utilisent le subconscient ainsi que les rêves dans leurs démarches artistiques. Des méthodes singulières comme l’automatisme, qui consiste à peindre en l’absence de toute réflexion, sont utilisées pour explorer le subconscient et produire des tableaux semblables aux imageries absurdes de nos rêves. D’autres techniques comme le collage, qui consiste à coller toutes sortes de matériaux sur un support, ou encore le frottage, révélé notamment par Max Ernst, sont utilisées par les peintres surréalistes pour créer des œuvres via des techniques de dessin automatique et totalement inconscient. Enfin, la dernière technique utilisée par les peintres surréalistes est celle du cadavre exquis. Elle consiste à créer un art pictural de manière collective par le biais d’une phrase ou d’un dessin esquissé sur une feuille de papier. Une partie de l’esquisse est cachée par son auteur, en repliant le papier et les autres participants composent successivement la suite sans tenir compte du travail fait par ses prédécesseurs. C’est ainsi qu’on obtient une représentation biscornue formée de plusieurs éléments différents.

Les fonds de dotation, quels avantages ?
Qu’est-ce que être collectionneur de l’art contemporain ?